prairies maudites

 

 

Réveil à la gueule de bois !!

 

 

 

 

Les réseaux sociaux, facebook, les médias Ouest-France ont tous relayé le désarroi des apiculteurs.

50, 60, 70, 80, 100% des ruches ont disparu, la sécheresse, les pesticides, les maladies, la biodiversité ont eu raison sur la mortalité de nos ruches ce printemps.

La détresse des apiculteurs se lit sur les visages, nous ne supportons plus la disparation de nos abeilles. Voir les années de travail des professionnels et des amateurs, anéanties, n’est plus acceptable.

La  colère monte du Faouët avec une marche vers Rennes.

Parallèlement une bonne nouvelle, si je puis dire, imidaclopride, thiamethoxame, clothiamidine ont été interdits  par l’Europe à partir de juillet c’est une première victoire mais le combat continue et n’oublions pas que des stocks sont encore présents dans les hangars de certains  agriculteurs, le sulfoxaflor a été reconnu et interdit comme néonicotinoïde. Le sonido par contre a fait des ravages dans le sud-ouest.

Mais cela ne suffira pas ; la rémanence dans les sols est là pour des décennies encore. Ce qu’il  faut c’est une pratique responsable de l’agriculture et la route sera longue avant un changement de comportement.

Mon avis, que vous attendez sur la manifestation du vendredi 4 mai, il est très partagé.

Je suis d’accord pour un mouvement, mais national, coordonné, avec des revendications étayées.

Des conférences de presse, des rencontres avec les préfets pour une remontée dans les ministères, une information large au grand public.

Cette manifestation pour l’instant sans déclaration préfectorale est dangereuse, elle implique directement la responsabilité de son organisateur, les autres départements 22,29,56 ne sont pas pour un mouvement spontané, fruit d’une colère. Cette marche doit être encadrée, les hébergements prévus, les repas, les rencontres avec les médias il y va de la crédibilité du mouvement.

Peu de pro participeront à cette marche, ils sont actuellement sur leur rucher en préparation de la miellée de printemps ou de la reconstitution de leur cheptel. Manifester,  peut remettre en cause leur entreprise.

Individuellement vous pourrez participer à cette manifestation, mais une de mes craintes c’est une récupération du mouvement par des groupuscules.

Lundi aura lieu une conférence de presse au Faouët ; l’UNAF représenté par Gilles Lannio sera là pour rappeler à tous, les conditions légales d’une manifestation.

En attendant bonne manifestation                                                                 Philippe

 

30 avril 2018. Vous pouvez télécharger le communiqué de presse de Philippe Jouan, Président du syndicat ici : Prairies maudites